La randonneuse spirituelle

Elle a misé sur l’entraide en lançant le mini-Compostelle de la région de Mégantic


« Je m’appelle Chantal, j’ai 51 ans et je suis randonneuse.


Je suis à la tête du Parcours de marche au cœur de Mégantic, le mini-Compostelle de la région. C’est un parcours de longue randonnée que vous faites de village en village jusqu’à la ville de Lac-Mégantic. Terminer à cet endroit est symbolique.


En tout, vous passez dans huit municipalités. Vous faites le tour du massif du mont Mégantic et ensuite vous prenez la direction du lac Mégantic. La randonnée totale dure donc de 5 à 7 jours pour le parcours complet. En fait, nous offrons un choix de quatre circuits: 41, 74, 80 et 115 kilomètres.


Notre OBNL (organisation à but non lucratif) offre un service clé en main personnalisé. On s’occupe de tout : la planification, les réservations pour l’hébergement, le transport de bagages, le retour en navette et la patrouille quotidienne sur le circuit. Je supervise l’ensemble de l’organisation. Nous sommes quatre personnes pendant la saison d’activités, en été.


Les gens viennent faire une randonnée pour toutes sortes de raisons. Il peut s’agir d’un pèlerinage personnel, d’un moment de questionnement qui demande une période de réflexion, de retrouvailles entre amis, entre membres d’une famille. Certains viennent vivre un deuil aussi.


Au début, il n’y avait pas beaucoup de monde qui croyait à ce projet. Plusieurs se demandaient pourquoi les randonneurs viendraient marcher dans la région en étant sur le bord du chemin, alors que nous avons plein de sentiers en montagnes. Mais ça se fait partout dans le monde, ce genre de parcours de pèlerinage. Pourquoi pas dans notre région? Je pense que les randonneurs n’abordent pas le parcours de la même façon qu’une promenade en forêt. Ils le font autrement, pour se recueillir tout en découvrant la région… un pas à la fois.


Je suis de Longueuil. En 2011, j’étais venue en vacances dans la région de Mégantic pour une première fois. Je l’ai tout de suite trouvée extraordinaire. Par la suite, à chaque fois que j’arrivais près du mont Mégantic, je me disais : wow! Il y avait quelque chose de plus à faire dans la région, selon moi.


C’est après la catastrophe de Lac-Mégantic que l’idée m’est venue de proposer le parcours, pour faire découvrir la région et contribuer aussi à l’économie. Ça nous a pris deux ans à monter le projet. On a travaillé avec les installations existantes dans la mesure du possible, et on a ajouté un sentier poétique dans une section du parcours. La première année, en 2016, on a accueilli 42 randonneurs. L’année dernière, 257. Cette année, on se dirige vers les 325 randonneurs. Notre objectif est d’avoir 900 randonneurs par saison d’ici 2025.


Chantal Ladouceur, fondatrice du Parcours de marche au coeur de Mégantic.


Mon Compostelle à moi!


Le parcours, ça m’a permis de me dépasser et d’aller au bout de mes rêves. C’est la première fois de ma vie que ça se passait, de ne pas voir les obstacles mais plutôt les possibilités. Avoir la foi peut déplacer des montagnes; dans mon cas, ça a été vraiment ça!


Après 30 ans derrière une machine à coudre à faire un peu de tout, j’ai complètement changé ma vie. Aujourd’hui, j’y vais beaucoup avec le ressenti, là où mon chemin m’emmène, alors que je n’étais pas ouverte sur le plan spirituel auparavant. Ce projet, c’est mon Compostelle à moi!


J’ai découvert que tout est possible dans la vie; Il suffit d’y croire, mais d’agir aussi. Et au-delà des retombées pour la région, l’essence de ce projet, et ma motivation première, c’est l’entraide. L’idée de donner au suivant, ça me gratifie, je suis bien là-dedans.


C’est d’ailleurs beaucoup la rencontre avec les randonneurs qui me fait grandir, leurs histoires qui sont souvent très touchantes. Je pense à une femme qui a pris 10 jours pour faire le parcours, qui devait arriver à un lâcher-prise avec le père de sa fille. Chaque jour, elle cheminait. Je pense à un autre marcheur, qui a fait le parcours seul aussi. Il était en thérapie accélérée… Il a pris conscience de plusieurs choses dans sa vie. Le parcours a été pour lui une révélation extraordinaire.


De la fierté régionale


Dans la région, il y a de la fierté qui se dégage par rapport à ce projet. Les citoyens, parfois même les maires des villages, vont à la rencontre des randonneurs. Ils sont fiers de montrer leur village, de discuter avec les randonneurs. Des citoyens ont même aménagé des aires de repos, certains offrent de l’eau… c’est vraiment une équipe tout ça! Et ça rejoint la base du projet, qui est bâti autour de l’entraide. C’est devenu le pivot de l’organisation.


Le plus grand défi pour nous reste le financement du projet. Année après année, c’est toujours à recommencer, mais nous sommes en croissance et nous sommes déterminés. En plus, nous avons de la reconnaissance : le mini-Compostelle de Mégantic fait partie des 800 parcours inscrits dans le nouveau Guide de pèlerinage du monde! (Éditions Ouest-France – Edilarge, par Fabienne Bodan, 2018)


Je peux certainement dire que je suis rendue à la moitié de ma vie. L’expérience du Parcours de marche au coeur de Mégantic m’a permis de découvrir d’autres passions, de réaliser des projets, d’organiser des événements… moi qui n’avais jamais touché à un ordinateur avant ça! Cela m’a même emmené à lancer mon entreprise en développement de projets et organisation d’événements.


Mon premier bébé, ça reste le Parcours. C’est mon gros sommet de vie. J’ai vraiment l’impression d’être à la bonne place au bon moment. De toute façon, mon chemin m’a conduit là.»

© 2019 / ma vie au sommet / par Défi 2025 région de Mégantic.